A cappella … đŸ€“

17 février 2019 0 Par Sophie M.

Tous droits rĂ©servĂ©s. Contenu protĂ©gĂ© par les droits d’auteur – enregistrĂ© au Copyright.

1 – A cappella, dĂ©finitions :

A cappella, définition (presque) sérieuse :

quand on chante (la voix donc) sans AUCUN accompagnement instrumental (pas de piano, pas de violon, pas d’accordĂ©on, pas de guitare, bref
 RIEN)

A cappella, définition imagée :

« la voix toute nue »

đŸŽŒÂ  Un exemple : Josquin Desprez (dont l’orthographe du nom est variable parce que le gars a vĂ©cu entre 1450 et 1521)
 avec son top tube : « Mille regretz » ! Et mĂȘme les collĂ©giens (enfin pas tous, je vous rassure) trouvent cette musique zen, apaisante, belle
 c’est dire s’il a rĂ©ussi son coup !

2 – A cappella, origine :

A cappella vient de l’italien « alla cappella » dont la traduction veut dire : « Ă  la chapelle »

En effet, pendant longtemps (pour faire simple), les instruments Ă©taient interdits dans les Ă©glises
 donc la musique religieuse ne pouvait se faire QUE avec la voix
 or Ă©crire exclusivement pour voix donne un « effet » caractĂ©ristique : on l’a nommĂ© en rĂ©fĂ©rence au lieu de culte qui l’imposait ! On a par la suite gardĂ© ce vocabulaire mĂȘme si Ă©crire pour voix « a cappella » n’a trĂšs rapidement plus eu rien Ă  voir avec la contrainte de « la chapelle ». 

đŸŽŒÂ  L’exemple historique : le « chant grĂ©gorien » (la moitiĂ© des gĂšnes de toute notre musique occidentale quand mĂȘme !), toujours d’auteur(s) anonyme(s) (ou est-ce une crĂ©ation collective ? car il faut dire qu’entre le VIIIe et le XIIe siĂšcle, on n’est pas du tout branchĂ© reconnaissance personnelle et droits d’auteurs, encore moins si c’est pour la mission suprĂȘme de servir la parole divine ! 
)

Imaginez que cela a reprĂ©sentĂ© le quotidien des croyants pratiquants, du Moyen Age Ă  l’Ă©poque de nos grand-parents (c’est Ă  dire jusqu’au concile de Vatican II en 1962)… !

3 – Pourquoi chanter “a cappella” ?

La liste est longue et non exhaustive ! On peut chanter a cappella

  • parce que c’est pratique ! On a tous notre voix en permanence avec nous, ce qui n’est pas le cas des instruments
 et en plus, on peut se servir de notre voix tout en faisant autre chose, ce qui n’est pas le cas des instruments non plus ! 
 ça donne par exemple les chants de travail, les negros spirituals, un certain nombre de musiques traditionnelles, 
 mais aussi tout le rĂ©pertoire arrangĂ© pour chorale !

  • pour respecter une symbolique : par exemple la puretĂ© de la voix (le souffle, cadeau divin) contre l’impuretĂ© des instruments (fabrication de l’homme, imperfection) 
 comme dans les musiques rituelles et religieuses.

  • pour l’esthĂ©tique : le « timbre* » homogĂšne que cela crĂ©e.

  • pour le jeu : le plaisir du travestissement de la voix, de l’imitation


 et j’en ai sĂ»rement oublié 

đŸŽŒÂ  Vous l’avez compris, un vaste rĂ©pertoire vous attend
 mais pour aujourd’hui, un exemple trĂšs actuel, dont l’effet est bluffant grĂące Ă  la technique de « beat box » (imitation de la batterie avec la bouche et le souffle) que permet l’utilisation des micros :

4 – Par exemple…

Maintenant que vous ĂȘtes incollable sur la notion d’a cappella… quelques exemples variĂ©s pour illustrer ce vaste rĂ©pertoire !

đŸŽŒÂ  Dans la catĂ©gorie musiques traditionnelles, les mythiques voix bulgares :

đŸŽŒÂ  Dans la catĂ©gorie des musiques pour aider au travail… les si Ă©mouvantes “Work Songs” des blacks amĂ©ricains, crĂ©Ă©es pendant l’esclavage :

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à la newsletter et recevez des contenus exclusifs !

Partager l'article :